“Fin novembre 2017 nous déclarons l’Appartage en préfecture” – Gabriela2019-02-02T11:42:16+00:00

Project Description

“L’objectif est plutôt réussi pour le moment puisque début 2019 nous comptons 60 adhérents, 8 boucles avec 10 jeunes hébergés en continu.”

Gabriela (Lyon)
22 ans – Régisseuse générale dans le spectacle
Créatrice et présidente de l’Appartage

Ete 2017, je croise une amie « c’est le speed en ce moment, on se relaye avec d’autres familles pour héberger des jeunes mineurs qui sont dehors ». Elle me raconte en détails la situation, et spontanément je propose « Si vous avez besoin un soir, n’hésite pas à m’appeler ! ».
Deux jours plus tard, deux jeunes débarquaient à la maison. C’était notre premier accueil. Ce n’était pas le luxe, un studio où nous dormions dans la mezzanine et les gars en bas dans un canapé, bien confortable par contre. L’engagement politique n’était du tout présent au départ, mais savoir tout simplement que des enfants dorment dehors en bas de chez nous, c’était une question d’humanité. Il a été naturel de proposer et puis tout est allé très vite.

Cette soirée est donc le point de départ de l’aventure. Nous hébergions les jeunes de manière régulière pendant plusieurs mois, en relais avec les autres familles. Confrontée à cette situation et n’ayant pas vraiment de connaissance sur cette question des « mineurs isolés », je décide de comprendre pourquoi ces enfants dorment dehors. Le constat m’effraie : un vide juridique qui ne prévoit rien pour eux durant cette période d’attente de reconnaissance de minorité. Je me renseigne également au niveau des associations d’hébergement : y’en a t-il ? Lesquelles ? Comment fonctionnent t-elles ? A qui s’adressent elles ?
Je découvre alors tout un réseau d’associations, toutes bien saturées, mais à priori aucune d’hébergement s’adressant uniquement aux mineurs en attente de reconnaissance.

Et si c’était le moment d’en créer une ? J’avais deux mois devant moi de disponible, je l’ai vu un peu comme une évidence. Surtout quand Maël (un ami de mon conjoint), assis sur mon canapé à boire l’apéro un jour, me dit « bingo, je te suis ! » Nous voici partis tous les deux dans la rencontre des autres acteurs sur Lyon, connaître les enjeux, les besoins, réfléchir à un fonctionnement et puis plonger la tête dans toute la paperasse pour créer cette association.

Fin novembre 2017 nous déclarons l’Appartage en préfecture.
Une première réunion d’information en décembre et l’aventure est lancée en janvier 2018 avec la « première boucle ».
L’idée de l’Appartage est de créer des boucles d’hébergements citoyens pour les mineurs en attente de leur reconnaissance de minorité. Une boucle est un regroupement de quelques familles (4 ou 5 la plupart du temps) qui se relayent pour héberger un ou deux jeunes. Notre volonté : que les hébergeurs ne s’épuisent pas, qu’ils hébergent comme ils le peuvent mais surtout comme ils le veulent. Le challenge : qu’ils tiennent sur la durée !
L’objectif est plutôt réussi pour le moment puisque début 2019 nous comptons 60 adhérents, 8 boucles avec 10 jeunes hébergés en continu.

Les liens avec les jeunes, les temps d’échange entre hébergeurs, de rencontre, de partage ne sont que des moments enrichissants.
En revanche, il me semble important de dire que c’est prenant, tant au niveau financier, émotionnel, temps, intimité… Pour avoir fait cela un certain temps au départ, il est difficile d’héberger des personnes en continu, tout le temps, sans repos. Quelques mois au plus mais ensuite cela devient trop prenant et pas confortable ; en tout cas pour ma part.
L’envie était donc de « toucher cette cible » qui comme nous (Maël et moi), voulait ouvrir leur porte un soir par semaine, une semaine par mois, un week-end de temps en temps…

Cette aventure l’Appartage, rythme maintenant un petit peu nos semaines, nos journées car la gestion demande du temps, mais une équipe de choc de référents et bénévoles (10 personnes) soutiennent le projet, sont disponibles et permettent de grossir un petit peu plus chaque mois.

Nous montons actuellement une boucle par mois, espérons que ça dure car les besoins sont encore grands….